Le mot réseau vient du mot retis en latin qui signifie filet c’est un ensemble de relations entre différents individus (ou objets). On parle de réseaux « sociaux » car ces réseaux sont censés développer la socialisation ou mise en relation d’individus. 

Les réseaux sociaux existaient avant Internet. Au cours des siècles, différentes techniques pour communiquer se sont développées pour communiquer et entretenir des relations. 

Le développement d'Internet a facilité la création d'outils encore plus performants et rapides : on les appelle réseaux sociaux. Ils permettent d'échanger des informations sous forme de textes ou de supports audios ou visuels. 

Le réseau Internet est une infrastructure regroupant des machines réparties dans le monde entier, interconnectées de manière à ce que chacune puisse communiquer avec les autres. Cette organisation complexe nécessite des règles pour fonctionner correctement. Pour comprendre Internet, il faut comprendre comment le principe est généralisé à un nombre très grand de machines et comment les applications peuvent utiliser Internet pour transporter de grandes quantités d'informations.

Techniquement le web se base sur trois choses : le protocole HTTP (HyperText Transfert Protocol), les URL (Uniform Resource Locator) et le langage de description HTML (HyperText Markup Language).

ATTENTION : ne pas confondre « web » et « internet »

Même si le "web" "s'appuie" sur internet, les deux choses n'ont rien à voir puisqu'"internet" est un "réseau de réseau" s'appuyant sur le protocole IP (voir le module Internet) alors que, comme nous venons de le voir, le web est la combinaison de trois technologies : HTTP, URL et HTML

Les données constituent la matière première de toute activité numérique. Afin de permettre leur réutilisation, il est nécessaire de les conserver de manière persistante. Les structurer correctement garantit que l’on puisse les exploiter facilement pour produire de l’information. Cependant, les données non structurées peuvent aussi être exploitées, par exemple par les moteurs de recherche.


Pour se représenter l’environnement dans lequel ils évoluent et s’y repérer, les hommes ont eu recours à la cartographie depuis l’Antiquité.

Aujourd’hui, la cartographie est utilisée pour de nombreuses activités humaines : agriculture, urbanisme, transports, loisirs, etc. 

Mais la cartographie a été révolutionnée par l’arrivée des cartes numériques, bien plus souples à l’usage que les cartes papier, et par la mise en œuvre de systèmes de géo-positionnement par satellites.

Embarquer l’informatique dans les objets a beaucoup d’avantages : simplifier leur fonctionnement, leur donner plus de possibilités d’usage et de sûreté, et leur permettre d’intégrer de nouvelles possibilités à matériel constant par simple modification de leur logiciel.

Après avoir transformé les chaînes de montage des automobiles et les avions dans les années quatre-vingt-dix, l’informatique intervient maintenant dans des domaines toujours plus nombreux : automobile, réseau ferroviaire et transports urbains, domotique, robotique, loisirs, etc., conduisant à un nouvel internet des objets.

Pour les avions par exemple, l’informatique gère le vol en commandant finement des servomoteurs électriques, plus légers et plus fiables que les vérins hydrauliques, les réacteurs, la navigation et le pilotage automatique, et permet l’atterrissage automatique par temps de brouillard. Elle a eu un impact décisif sur l’amélioration de la sécurité aérienne.

Les objets informatisés avaient autrefois des interfaces homme-machine (IHM) dédiées, souvent dépendantes d’une liaison filaire directe. Mais les technologies du Web intégrées au téléphone portable permettent maintenant d’y rassembler les interfaces des objets du quotidien, ce qui en simplifie et uniformise l’usage. Les objets informatisés deviennent ainsi connectés.